archive

Archives de Tag: leo the last

Une nouvelle plus tout à fait fraîche, puisqu’elle date de quelques semaines…mais une bonne nouvelle pour sûr!

Le groupe montpelliérain, dont je vous ai parlé ici, est entré depuis le mois de Mars pour nous contacter un second album. Après le coup de foudre du premier opus, je dois dire que mon impatience va en grandissant…

 Pour préparer la sortie du déjà prénomé W nada, deux EP sont sortis au cours du moi de mars.

Avant toute chose, il faut préciser que depuis leur premier album, le groupe a changé de batteur, et cela s’entend. La batterie très rock, un tantinet blues, que l’on avait apprécié sur leurs premiers titres, disparait ici au profit d’un son plus pop, plus électronique aussi. Ce nouveau membre dans le groupe va sûrement apporter ses propres influences, mais le noyau dur de Leo The Last est là : cette guitare qui séduit dès le premier accord, cette voix toute en puissance contenue, qui semble sur le point d’éclater en permanence mais qui garde un contrôle imperturbable.

Hop, premier single : The Path.

On appréciera le solo autour de la troisième minute, très rythmé, auquel succède parfaitement la voix de Christophe Bauer.
Et, cadeau-bonus, les paroles du morceau:

How long will it last
Despair and un-forgiveness?
How long will we chase
The demons of the sea ?

We were hundreds
Now we are only three
Still you know the dead are the majority
Among the living

Still looking for you
Everywhere I go
Never had the chance
To see you cross my path (repeat)

Now we know the stakes are high
Gimme a sword and I’ll make it

Still looking for you
Everywhere I go
Never had the chance
To see you cross my path (repeat)

La page SoundCloud du groupe révèle un autre titre: Goodnight Good Fellas. Et on s’écoute ça.

Un rythme un peu plus dynamique ici, et peut-être une petite touche de Pulp, non ? Moi, ça m’évoque légèrement Common People, comme un petit air dans le couplet et le pré-refrain…

Bon, l’univers de Leo The Last est quand même radicalement différent du délire totalement barré de Pulp.
Quoi qu’il en soit, ça donne bien. On se dirige bien davantage vers de la pop-rock britannique, dans le genre de ce qu’ont fait Pulp ou Radiohead, mais à la sauce Leo The Last.

Allez, les paroles !

Maybe you’ve already heard this story
But since nothing changed since the last time
I might just as well repeat it
Until it becomes clear in your mind

I know you don’t need another contribution
And you’ve abandoned rock’n roll
By the time of the next revolution
The kids will have stolen all your gold

I know you are not satisfied
But who really is in this world of screams?
You’ll learn how to get by
Nobody writes anymore symphonies

So good night young fellas
The next century is now all yours good night young fellas
I might not be here to testify good night young fellas my world your world my my…

Maybe you’ve never heard this story
So I’m gonna give you some time
Now baby please open up your ears
The reveal is now in sight

Who really fears the policy of truth ?
Only politics tell half lies
We’re all involved in the rise of our youth
We’re all responsible for the whys

I know the lack of a program
Combined with the heaviness of the heat
Will tear your parents apart
And give your teacher a rough week

Heureux ?

Cet article a initialement été écrit pour le site musical de la Médiathèque André Malraux, MAMusique. Jetez-y un oeil, vous y trouverez divers artistes en région Languedoc-Roussillon!

Leo The Last est un groupe de rock de Montpellier composé par trois membres du groupe Big Slim Hazard et un bassiste depuis octobre 2009. En quelques mois, ils établissent un répertoire de chansons rock portées par un son fébrile et brut. Leur première production, The greatest sin est enregistré le 28 février 2010 en Live. Et les amis, ça décoiffe.

D’une voix posée et profonde, un tantinet blues-jazzy, Christophe Bauer sait imposer des mélodies inoubliables à nos oreilles assoiffées de leurs musiques. Un petit air de rockabilly qui traine par là et nous charme, des refrains qui vous restent dans la tête longtemps après l’écoute, un univers bien à eux…honnêtement, on tient là de vrais pros de la musique. Leur album est limpide, logique, équilibré, on enchaine des Pretty Little Wild Thing dynamiques et entrainants entrecoupés de douces ballades avec There is not. The Greatest Sin, c’est un album remarquablement bien mené, une dose d’énergie contenue qui se distille avec une douceur sauvage dans vos tympans.

Finalement, j’ai opté pour vous présenter ma préférée, This Road. Un titre plein de guitares énervées en de furieux riffs haut-perchés, rejoints par la voix basse de Christophe qui délivre sa voix dans un calme explosif. Allez, ouvrez grand vos oreilles, laissez-vous charmer:

Quelque titres de Leo The Last sont également disponibles sur spotify, et deezer. Je vous invite par ailleurs à jeter un oeil à la page SoundCloud et Facebook du groupe.

Cet article a initialement été rédigé pour le site MAMusique, site musical de la Médiathèque André Malraux destiné à mettre en avant divers artistes en région Languedoc-Roussillon. Allez  y jeter un oeil!

%d blogueurs aiment cette page :